sapanta

Roumanie J7 – Sapanta le cimetière joyeux

Le soleil continue à nous accompagner dans notre périple à travers la Roumanie. Ce matin nous prenons un bus en direction de Sapanta, célèbre pour son « cimetière joyeux ».

De fait le cimetière de Sapanta est très coloré. Les stèles en bois sont peintes en bleu pour la plupart, et accompagné d’un dessin de style naïf qui représente la personne décédée dans ses activités quotidiennes. L’illustration est accompagnée d’un poème souvent humoristique sur le défunt.

cimetière joyeux de Sapanta en Roumanie

Cette tradition a débuté en 1935, lorsqu’un artisan local a créé sa première stèle. depuis son décès son élève a pris la relève. En nous promenant au milieu de cette exposition d’art en plein air, on fait connaissance avec ces morts. On remarque que certains dessins font illusion à la cause de décès : accident de voiture, noyade, incendie… Il semble qu’en Roumanie, ou en tout cas à Sapanta, on puisse rire de la mort, ou du moins que leur relation avec la fin de la vie est beaucoup moins sinistre et solennelle que la nôtre.

cimetière joyeux de Sapanta en Roumanie

Nous flânons dans le joli village. Soudain une vieille dame sort de chez elle. Elle nous parle en roumain et l’on ne comprend pas grand chose jusque’à ce qu’elle nous montre une flasque de liqueur et nous invite à boire chez elle. Nous sommes tellement surpris de cette invitation – il doit être 10h du matin – que nous n’osons accepter. C’est dommage nous avons certainement manqué l’occasion de goûter une saveur locale et de faire une rencontre intéressante…

Maison du village de Sapanta en Roumanie

Nous reprenons la mesure de la qualité d’accueil des Roumains quelques heures plus tard. En chemin vers une église traditionnelle en bois perdue au milieu de la forêt nous rencontrons un paysan qui nous offre de nous prendre en stop… sur sa charrette tirée par un âne. Une expérience authentique et très agréable sous le soleil automnal. La langue est toujours un problème pour communiquer mais nous entamons quand même une sorte de dialogue avec notre conducteur.

Eglise à Sapanta en Roumanie

L’église traditionnelle que nous visitons est entièrement en bois. Il y a aussi d’autres petites dépendances dispersées sur le terrain. Le calme ambiant et la tranquillité du lieu sont plus efficace qu’une séance de yoga. Nous retraversons la forêt qui semble enchantée et retrouvons la route principale quelques kilomètres plus loin.

village de Sapanta en Roumanie

Nous reprenons le bus direction Sighet. Nous visitons le très intéressant et sinistre musée de la Pensée Arrêtée situé dans une ancienne prison communiste. Très riche en informations traduites en anglais l’exposition s’étend dans les anciennes cellules de la prison et présente les différentes facettes de la répression communiste. Des Nazis à l’occupation soviétique et le terrible « gouvernement’ de Causescu, les Roumains ont soufferts des décennies durant. Qu’ils soient juifs, hommes, femmes, tziganes, jeunes, vieux, d’origine étrangère, riche, pauvre… tout citoyen était susceptible d’être envoyé en prison, de subir les tortures ou d’être déporté. Il suffisait d’avoir exprimé une idée contradictoire avec l’idéologie du régime ou d’être dénoncé par un voisin pour se trouver sous le joug du régime. Une visite extrêmement intéressante qui nous a permis de découvrir une part de l’histoire roumaine particulièrement sombre.

Après avoir récupéré nos affaires à l’hôtel nous nous dirigeons vers la gare. De là, un long voyage en train nous attend. Nous allons traverser toute la Roumanie du Nord au Sud. La première partie se déroule dans des wagons standards. Je profite du soleil dans le couloir, le visage au-dessus de la fenêtre ouverte, jusqu’à ce que les couleurs des arbres s’assombrissent. Nous longeons pendant un certain temps un fleuve, frontière naturelle entre la Roumanie et l’Ukraine.

train en Roumanie
Paysage du Nord de la Roumanie
train en Roumanie

Puis nous changeons de wagon, direction les cabines couchettes. Un homme garde l’entrée du wagon en question. Celui-ci est magnifique, tout en bois poli. Nous avons l’impression d’être dans le Transsibérien. Les cabines sont relativement grandes et les couchettes larges munie de grands draps blancs qui sentent bon le propre. La cabine est faite pour trois personnes mais nous ne serons que tous les deux à en profiter. La nuit file et nous nous endormons sans encombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *