Quartier secret d'Anafiotika à Athènes

Anafiotika, quartier secret d’Athènes

On m’avait parlé de Anafiotika, ce quartier caché sur un flanc de l’acropole. J’avais fait le tour de la colline à sa recherche, sans succès.

Un jour je m’étais aventurée dans des petits ruelles bordées de maisonnettes en ayant pensé que j’avais enfin atteint le but. Mais en fait non ! Pour pénétrer dans ce quartier qui me semblait presque imaginaire tant son accès était masqué il allait falloir s’engager dans des passages minuscules que l’on penserait privés.

Maisons à Anafiotika à Athènes

Ayant vu des personnes surgir d’un escalier blancs et étroit je m’étais enhardie et l’avais gravi. Enfin les ruelles blanches débordant de fleurs surgirent. Je rencontrai un vieux monsieur qui nous dit de continuer sur le sentier pavé. Le ton de sa voix ne me semblait pas chaleureux et je crus qu’il voulait que je déguerpisse de chez lui. Mais en fait, il m’indiquait gentiment le bon chemin pour glisser à travers les maisons, dégringoler les petites marches en colimaçon, atteindre un terreplein avec une superbe vue sur une partie d’Athènes.

ruelle à Anafiotika à Athènes

Pour vous évader d’Athènes et passer directement de l’acropole aux îles grecques il n’y a pas mieux. Toutefois il vous faudra de la persévérance et de l’audace pour découvrir ce bijou blanc. Gravissez la rue Thrasylou qui longe le théâtre de Dionysos et qui devient la rue Stratonos. Vous croiserez des hordes de chats se délectant sur le muret des mets apportés par les habitants du quartier. Vous passerez devant un restaurant puis atteindrez un parking doté d’un parc en contrebas. Juste après le parking et à gauche de la chapelle orthodoxe Agios Georgios tou Vrachou, vous découvrirez un petit escalier tortueux. N’hésitez pas, montez les marches pour découvrir Anafiotika.

Ce quartier fut créé au milieu du 19ème siècle par des bâtisseurs venant de l’île Anafi. Ils étaient venus à Athènes pour reconstruire la ville détruite suite à la guerre d’indépendance contre les Turcs. Ils s’installèrent illégalement sur un flanc de l’acropole qui était réservé aux fouilles archéologies. Leurs maisons furent construites dans le style architectural de leur île d’origine, un style typique des Cyclades. Une partie de ce quartier fut détruit en 1950 car on y mèna des fouilles archéologiques et beaucoup de maisons furent achetées par l’Etat. Aujourd’hui il ne reste que 45 maisons et une soixantaine d’habitants et un nombre incalculable de chats.

Chat à Anafiotika à Athènes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *